Questions-réponses pour bien commencer la maturité

Cet article est destiné aux personnes qui sont attirées par l’idée de faire leur maturité fédérale suisse en autodidacte, et qui veulent plus d’informations.

En ce qui concerne l’aspect administratif et légal (et tout ce à quoi je n’ai pas répondu dans cet article), je vous laisse vous informer sur le site de la SEFRI. De plus, les informations ci-dessous ne sont plus forcément toutes à jour.

Quelques questions que vous vous posez sûrement  :

Que vaut une maturité fédérale ?

Elle a la même valeur qu’une maturité gymnasiale. On peut donc accéder aux universités et aux écoles polytechniques suisses.

Qui peut la passer ?

Il faut avoir 18 ans l’année de sa présentation au deuxième partiel, et ne pas avoir déjà tenté de passer l’examen de la maturité fédérale (si vous avez échoué à l’examen de la maturité gymnasiale, vous pouvez quand même passer l’examen de la maturité fédérale).

Et si j’ai déjà une maturité professionnelle ou une maturité spécialisée ?

Vous pouvez alors faire l’examen complémentaire passerelle. Il est plus petit que l’examen de maturité, mais il permet également d’entrer dans toutes les hautes écoles universitaires suisses. Attention cependant, il n’est pas sûr qu’une école étrangère reconnaisse ce certificat, cela dépend de son bon vouloir.

Si cela vous intéresse, j’ai fait une page spécialement sur le sujet ici.

Est-ce que j’ai le droit à un soutien ou à un suivi ?

La SEFRI se contente d’organiser les examens. Si vous ne désirez pas vous inscrire dans une école privée, et si vous ne voulez pas avoir de cours par correspondance, vous pouvez vous former en autodidacte.

Si je me prépare en autodidacte, comment est-ce que je sais ce que je dois apprendre ?

Vous pouvez trouver sur le site de la SEFRI plusieurs documents qui vous seront essentiels, comme le programme, la bibliographie conseillée pour apprendre ainsi que la liste des œuvres littéraires à choix pour les deuxième et troisième langues. Vous pouvez également faire une demande pour avoir accès aux anciens examens, mais malheureusement sans corrigé. Vous pouvez acheter des corrigés sur le site de la matu online, et vous en trouverez quelque-uns sur ce site, que j’ai faits moi-même (mais du coup les réponses ne sont pas toujours sûres).

Où est-ce que je peux apprendre ?

Si vous êtes débrouillard, cela ne devrait pas poser de problèmes. Vous pouvez tout d’abord vous fiez à la bibliographie conseillée par la SEFRI. Ces manuels coûtent souvent cher, mais vous pouvez en trouver, ainsi que d’autres manuels, dans les bibliothèques cantonales universitaires. Vous pouvez normalement vous inscrire gratuitement à ces bibliothèques, et je vous assure qu’elles vont devenir vos meilleurs amies. Vous trouverez également énormément de savoir sur internet.

Je vous conseille d’utiliser en priorité des manuels, car ils sont plus complets, plus proches souvent du programme et surtout car ils sont en général plus intéressants que ce que vous trouverez sur internet. Mais les deux méthodes fonctionnent. Je vais essayer sur ce site de vous donner un maximum de ressources et de liens spécifiques aux éléments du programme pour que vous puissiez vous préparer.

Sur internet, privilégiez les encyclopédies, comme Larousse et Wikipédia. Universalis est très pratique, mais elle coûte dans les 80 euros pour un accès d’un an. Cependant, les collégiens de Fribourg y ont un accès gratuit. Si vous connaissez quelqu’un qui a un identifiant, vous pouvez toujours essayer de le lui demander.

Et finalement, il y a ce site, où je résume la matière (mais je ne suis qu’un étudiant), et où je donne de nombreux liens vers d’autres sites.

Combien de temps prend la préparation ?

Cela varie évidemment d’une personne à l’autre, mais le programme est en principe pensé pour une préparation de 4 ans, comme la maturité gymnasiale. Personnellement, j’ai fait deux ans de collège, puis j’ai arrêté et je me suis préparé en autodidacte pendant un an avant de faire les examens.

Quelles sont les branches contrôlées à l’examen ?

L’examen est divisé en deux partiels, ces deux parties pouvant être séparées de maximum un an. Il est cependant possible de passer les deux partiels en une fois.

Dans le premier partiel, il y a la biologie, la chimie, la physique, l’histoire et la géographie, qui sont tous des examens écrits, ainsi qu’au choix arts visuels ou musique, qui ont respectivement un examen « écrit » et un examen « oral ».

Dans le second partiel, il y a la langue première, qui est dans notre cas le français, ainsi que la langue seconde, qui est au choix l’allemand ou l’italien, et une troisième langue qui peut être l’allemand, l’italien, l’anglais, le grec ou le latin. Chacune aura un examen écrit et un examen oral.

Il faut également choisir une option spécifique, qui est

  • soit une des langues déjà indiquées + le russe et l’espagnol
  • soit art visuel
  • soit musique
  • soit économie et droit
  • soit philosophie et psychologie-pédagogie
  • soit biologie et chimie
  • soit physique et application des maths

et qui aura un examen oral et un examen écrit.

Il y aura également une option complémentaire, qui est au choix

  • biologie
  • chimie
  • physique
  • application des maths
  • philosophie
  • psychologie-pédagogie
  • géographie
  • histoire
  • musique
  • art visuel

qui aura juste un examen oral.

Et le meilleur pour la fin, les mathématiques avec un examen oral et un examen écrit.

Le programme est proche de ce qui est vu au collège, et le niveau exigé également.

Une certaine langue ne peut pas être prise à la fois comme langue et comme option spécifique, une branche ne peut pas être choisie comme option spécifique et comme option complémentaire à la fois, et la musique ou l’art visuel ne peuvent être pris comme option complémentaire s’ils sont déjà pris comme branche fondamentale, ou si une branche artistique a déjà été choisie comme option spécifique. On peut cependant prendre musique ou art visuel à la fois comme branche fondamentale et comme option spécifique.

Il faudra également choisir soit les mathématiques, soit la langue seconde, soit la troisième langue comme compétence supérieure, c’est à dire que la matière à travailler est plus grande et que la branche a une plus grande importance dans le calcul final pour savoir si vous réussissez l’examen ou non.

Et pour le travail de maturité/TM ?

Le travail de maturité est une recherche à faire seul afin de répondre à une problématique, à une question. Ce travail doit faire entre 3800 et 4200 mots. Vous devez avoir un accompagnant, qui donnera une évaluation de votre travail à titre indicatif, et vous devrez envoyer cette évaluation en même temps que le reste des documents et le travail de maturité. Le travail doit s’inscrire dans une des branches de l’examen, mais il ne doit pas forcément être lié au programme. J’ai fait une page uniquement sur ce sujet.

Il est tout à fait possible de faire un TM sur une branche que l’on n’a pas choisie pour l’examen.

C’est probablement la partie la plus délicate quand on veut faire la matu en autodidacte, même si ce travail n’a pas un très grand poids au final.  Il est à mon avis important de trouver quelqu’un qui peut vous accompagner efficacement. En soi, vous pouvez demander à n’importe qui de donner l’appréciation informative que vous devez obligatoirement fournir lors de votre inscription, mais cela ne peut que vous aidez d’avoir l’avis de quelqu’un du domaine (par exemple un étudiant à l’université).

Si vous ne savez absolument pas à quoi doit ressembler un TM, vous pouvez en trouver pas mal sur Google en cherchant « TM exemples ».

Peut-on avoir une mention bilingue ?

Ouep, vous pouvez avoir la mention anglaise ou allemande, vous aurez alors l’histoire, la géographie et l’option complémentaire dans la langue visée. De plus, vous ne pouvez choisir que la biologie, la philosophie ou l’économie et droit comme option complémentaire.

Quelles sont les conditions de réussite ?

À chaque examen est attribuée une note allant de 1 à 6, 6 étant la meilleur note. L’examen est considéré comme réussi à partir de 4 (je précise si jamais il n’y a pas que des Suisses qui regardent ce site).

Chaque examen a également un coefficient, qui indique le poids de l’examen dans le calcul final. Tous les examens du premier partiel, l’option complémentaire et le TM comptent simple, le français et l’option spécifique ainsi que la branche choisie en compétence supérieure comptent triple, et le reste compte double. Pour les branches où il y a un examen oral et un examen écrit, la note est tout simplement la moyenne des deux résultats.

Il faut avoir un total de 105 points, ou alors au-dessus de 84, mais alors il ne faut pas avoir plus de quatre branches en dessous de 4, et la somme des écarts par rapport à quatre dans ces branches ne doit pas être plus grande que 7. En gros, si vous avez une moyenne totale plus grande que 4, et que vous n’avez pas trop de branches en dessous de 4, ça passe.

Si vous ne réussissez pas l’examen, vous avez une seconde chance : vous pouvez refaire, dans une prochaine session (vous avez deux ans maximum), toutes les branches dans lesquelles vous avez eu moins que 4, même le TM. Vous pouvez changer d’options, de discipline artistique au niveau fondamental, de branche au niveau supérieur, et de TM si vous le refaites. Si vos avez eu 4 ou 4.5 à votre TM, vous avez la possibilité de le refaire.

Quel est le coût ?

Francs
a.
pour la maturité unilingue
1. examen complet
570.-
2. examen partiel
450.-
3. évaluation du travail de maturité
100.-
b.
pour la maturité bilingue
1. examen complet
650.-
2. premier examen partiel
550.-
3. second examen partiel
450.-
4. évaluation du travail de maturité
100.-

Il faut également ajouter une taxe de 200 frs d’inscription.

Pour un examen non-bilingue, le tout revient donc à 1400 frs pour un examen en deux fois, et 870 frs pour un examen en une fois. Pour un examen bilingue, c’est 1500 frs pour un examen en deux fois, et 950 frs pour un examen en une fois.

Si vous devez refaire l’examen, vous devrez à nouveau le payer. Je ne sais pas si le coût est réduit lorsque vous devez refaire moins de branches, mais j’espère.

Si vous êtes suisse, vous avez le droit à une allocation, selon l’article 49 bis du règlement de l’AVS, si vous étudiez plein temps, et ce jusqu’à 25 ans (je crois).

Où et quand se passe l’examen ?

Il y a une session en été et une session en hiver, chaque année. La session d’été se passe vers la fin août et la session d’hiver vers la fin janvier. Le délai d’inscription est jusqu’à la fin avril pour la session d’été et jusqu’à la fin octobre pour la session d’hiver. Les dates et les heures de passage précis ne sont donnés que 3-4 semaines avant les examens. Pour donner un exemple, les examens de la session d’été 2018 sont étalés du 20 août jusqu’au 11 septembre (du 22 jusqu’au 30 août pour ceux qui ne font que le premier partiel), et j’ai reçu les dates précises le 26 juillet.

L’examen se passe à l’EPFL pour l’examen d’été, et à l’UNIFR (l’université de Fribourg) pour l’examen d’hiver.

Normalement, les écoles universitaires vous acceptent pour l’année qui suit si vous avez l’examen de la maturité en août, à condition que vous le réussissiez bien sûr. Il faut cependant vous inscrire avant d’avoir votre diplôme la plupart du temps. Le mieux est de se renseigner au secrétariat de l’école en question.

Pour avoir plus d’infos et les dates précises pour l’été 2018, voici un magnifique document PDF.

Pourquoi le faire, si je peux simplement aller au collège ?

Parce qu’on est libre : libre d’apprendre à son rythme, comme on veut, libre de choisir les oeuvres littéraires qui nous intéressent parmi une liste bien fournie, libre de ses heures de travail…

L’école, c’est mortellement ennuyeux. Cela ne veut pas dire que la préparation en autodidacte est plus facile, mais elle apprend à se débrouiller, à trouver la motivation et à travailler par soi-même.

C’est bien beau tout ça, mais est-ce que je suis capable de réussir ?

Si vous apprenez facilement et avec plaisir seul, que vous êtes capable de discipline, vous devriez y arriver. Vous pouvez prendre le temps qu’il vous faut pour vous préparer (excepté le fait qu’il ne peut y avoir que maximum un an entre votre premier partiel et votre deuxième), et vous pouvez refaire les branches où vous avez eu une note insuffisante si vous ratez l’examen, ce n’est donc pas infaisable. Mais n’oubliez pas que la meilleure manière de réussir, c’est de savoir pourquoi on le fait, et de prendre plaisir à le faire. Si vous êtes curieux et que vous ne le faites pas de manière scolaire, je pense que ça ne fonctionnera que d’autant mieux.

Sur cet article du 24 heures, il est indiqué qu’en 2016, 1500 personnes ont participé, et 500 personnes ont obtenu leurs diplômes. Cependant, une certaine partie n’a fait que le premier partiel, il est donc difficile de déterminer le taux de réussite. Si on considère que la moitié des personnes seulement ont fait le deuxième partiel (ou les deux partiels en même temps), alors on a un taux de réussite de 500 / 750 ≅ 66 %. Mais je dirais qu’il est un peu plus élevé.

Est-ce possible de réussir en un seul partiel ? Il est évident que c’est plus difficile, mais c’est faisable : je l’ai par exemple réussi. Mais je le déconseillerais plus pour l’effort que cela demande que pour la difficulté, car c’est vraiment fatigant, il y a beaucoup d’examens en peu de temps. À la fin, j’étais exténué.

Je suis au collège, mais je m’ennuie et j’ai l’impression de perdre mon temps. Est-ce que je peux quitter le collège pour faire la matu en autodidacte ?

Bien sûr ! Le collège ne va pas vous retenir. Je dirais même que vous avez un avantage, car vous avez déjà été partiellement formé et vous savez ce qu’on attend de vous au niveau gymnasial. Cependant, il faut être réaliste : vous avez bien plus de chance de réussir votre maturité si vous restez au collège. De plus, toutes les notes obtenues au collège (chimie, biologie, géographie, musique/dessin) ne comptent pas pour la maturité fédérale : vous devrez refaire ces examens-là. Mais vous pouvez garder votre travail de maturité s’il est de type recherche (les travaux artistiques ne sont pas acceptés).

Pour terminer, je vais vous dire ce qui est le plus important : faites-le par plaisir ! Soyez curieux, apprenez sans trop vous demandez ce qui est nécessaire et ce qui ne l’est pas ; surtout faites-le de la manière qui vous correspond, ne vous limitez pas à une manière scolaire. Si vous aimez apprendre, rien ne pourra vous arrêter.

3 commentaires sur “Questions-réponses pour bien commencer la maturité

  1. Un immense merci pour cet article. Notre fils envisage de faire sa maturité en auto didacte. Il a 15 ans. Seriez vous disponible pour répondre à ses questions (bien que votre article soit très complet) ou pour le coacher?
    Dans ce cas quel prix demanderiez-vous?
    Merci pour votre lecture.
    Véronique Gil

    J'aime

    1. Je suis toujours disponible pour répondre à quelques questions (il est possible de m’envoyer des messages via la partie « contact » du site), mais je ne fais pas de coaching.

      J'aime

      1. Ok super MERCI bcp pour votre prompte réponse
        Bon we

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close